Le clavier français, grandeur et misère

Oui, je parle bien du clavier qui a de grande chance d'être posé devant vous.

Il existe bien sûr les variantes francophones, mais dans l'ensemble, nous avons tous le même problème.

Quand il s'agit de taper ces caractères: [] () {} , la frappe se fait moins précise: il faut attraper AltGr tout en combinant de façon hasardeuse ses doigts sur la rangée numérique.

Je me suis habitué à tout, mais pas à ça. La mort dans l'âme, j'ai décidé de laisser ces touches là où elles sont, et de les mapper d'une autre manière.


Les dactylos-rock (di bi di bi di)

Ce n'est pas l'endroit pour un cours de dactylo, mais tout le monde est d'accord la-dessus, qu'il soit azerty, qwerty ou dvorak : les doigts doivent reposer sur la rangée d'appui, avec les index positionnés sur les touches qui possèdent un affleurement (f et g sur un clavier azerty). Le but est de les y repositionner en permanence (d'où le nom de rangée d'appui).

Cette rangée serait donc un bon endroit pour remapper nos touches

Il faut juste trouver des caractères que l'on peut remplacer sans problèmes.

Après quelques hésitations, j'ai choisi d'utiliser les touches j k l m combinées avec alt ou shift+alt

Sous Vim, cela correspond aux caractères suivants:

  • avec alt

ì í sur les touches l m


  • avec shift+alt

Ê Ë Ì Í sur les touches j k l m


J'ai privilégié les parenthèses (appui uniquement sur alt), car je tape également mes mails avec Vim, ce qui augmente leur fréquence.


vimrc

Voici ce que j'ai mis dans mon vimrc (le map! spécifie que le mapping n'a d'effet qu'en mode insertion).

map! ì (
map! í )
map! Ê [
map! Ë ]
map! Ì {
map! Í }